Mot du Président

Notre association, organise, depuis 2001 les Etats Généraux de l’asthme en Algérie, a déjà eu l’occasion d’organiser des colloques, des séminaires et des rencontres sur cette maladie.

La possibilité nous a été donnée de mettre en place dans de bonnes conditions de tels colloques pluridisciplinaires, et c’est pourquoi je tiens tout d’abord à exprimer mes plus vifs remerciements à tous ceux, et notamment à Messieurs les Professeurs en pneumo-phtisiologie, aux allergologues de différentes régions du pays et aux responsables de Laboratoires pharmaceutiques Sponsors, qui ont permis que ces événements puissent avoir lieu, d’avancer dans le domaine scientifique et d’obtenir quelques acquis pour nos patients, suite à nos recommandations adressées aux différents Ministres.
Grâce à nos recommandations et avec l’appui de nos chers professeurs, qui animent ces Etats Généraux de l’asthme, chaque année à Mostaganem, et uniquement dans cette charmante cité.
Les quelques acquis qu’ont obtenus nos patients:

  1. le 15 mai 2007, l’asthme a été reconnu pour la première fois en Algérie, comme maladie chronique, nécessitant une prise en charge par l’état, comme les autres maladies chroniques (le cancer, le diabète, l’HTA etc.…). Après dix ans de revendications.
  2. le tableau vert et la craie, utilisés depuis longtemps dans nos écoles ont disparu. Décision du ministre de l’Education nationale.

L’asthme et les allergies sont les fléaux les plus courants auxquels sont exposés les enfants. La prévalence de l’asthme de l’enfant et de l’adolescent est plus élevée.
Il est prouvé que les enfants de familles à faible revenu, qui vivent dans des logements surpeuplés et sont mal nourris sont plus touchés par cette maladie, et éprouvent des difficultés à l’école, à cause de leur absentéisme.
Il est également prouvé que les enfants qui réussissent mal à l’école sont moins susceptibles de devenir des travailleurs sains et productifs. »
Investir dans les enfants est le moyen ultime de briser le cycle de pauvreté d’une Nation ».

La politique de santé publique implique la participation de nombreux acteurs. De cet état de fait découle le mode d’action des pouvoirs publics. La prévention est un élément essentiel de la vie quotidienne et doit se déployer aussi bien dans les écoles que dans le monde du travail.

Lors de ces Etats Généraux, sont traités certains problèmes, liés à la pathologie, par tous les partenaires (professionnels de la santé, psychologues, patients, pharmaciens, caisses de sécurité et autres), d’où la spécificité de cet événement à la différence des autres journées de formation continue.

Nous espérons toujours, sortir avec des recommandations, qu’on transmettra à qui de droit.

  • Quelles sont aujourd’hui les demandes des asthmatiques et des allergiques ?
  • Quels sont les principaux problèmes liés à la méconnaissance de la maladie et quelles solutions peut-on apporter ?
  • Quels sont les principaux problèmes liés à l’entourage et quelles solutions peut-on apporter ?
  • Quels sont les principaux problèmes rencontrés avec les traitements et quelles solutions peut-on apporter ?
  • Que doit on faire, lorsqu’il y’a une tare, ajoutée à cette pathologie ou lorsqu’on est, en face d’une situation donnée ?

Le Président: Dr. BENKHEDACH Mohammed